Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
18 octobre 2011 2 18 /10 /octobre /2011 08:00

Quand j'étais petite je voulais faire le tour du monde. C'était quelque chose qui me tenais tellement à cœur que, lorsqu'à chaque rentrée, on nous demandait de faire une petite fiche sur nous, nos loisirs, ce que nous voulions faire... j'entrais dans une dissertation sur le pourquoi du comment j'avais ce rêve. D'ailleurs ça a marqué une de mes institutrices de l'époque, puisque quand, bien plus tard je l'ai rencontré en faisant mes courses, elle me demanda : « Alors et ce tour du monde ? ».

 

Hélas (ou non), le tour du monde je ne l'ai pas fait, ou pas entièrement en tout cas. Par contre je suis allée plusieurs fois en Amérique du Sud.

 

L’Amérique du Sud... ça aussi c'était un rêve de gosse. Enfin l'Argentine pour être plus précise. J'avais commencé à m'y intéresser vers 13 ans, je ne pourrais pas expliquer les raisons de cet engouement, toujours est il que c'était là en moi : un jour j'irais là bas. J'ai commencé à collectionner les articles de presses s'y rapportant, j'empruntais à la bibliothèque de mon village des livres de voyages, guide du routard et autre carnet de route... Bref je collectais toutes les informations que je pouvais trouver sur ce pays (et le reste de l’Amérique Latine) que je consignais ensuite dans un petit cahier, que je dois encore avoir quelque part chez mes parents.

 

Au lycée, il était donc normal qu'en option je prenne comme troisième langue l'espagnol. C'est comme ça que j'ai rencontré Lex, un garçon sympa avec qui je passais plus de temps à bavarder qu'à suivre mes cours. Nous parlions de tout et de rien, enfin c'est surtout moi qui parlais en fait. Je me rappelle lui avoir raconter que si j'avais pris option espagnol c'est parce qu'après le bac je voulais partir en Amérique du Sud. Et lui ça le faisait bien marrer, il me charriait volontiers sur mon côté rêveuse et tête en l'air «  Toi en Amérique du Sud ? Mais tu vas te perdre sur le chemin de l'aéroport ! ». A ce moment là de l'histoire, j'ignorais que Lex étais franco-chilien, j'étais d'ailleurs persuadée qu'il était italien, roumain ou gitan... bref j'm'en foutais pas mal en fait je crois, parce qu'en dehors des fois où il se moquait gentillement de moi, il avait compris que c'était quelque chose qui me tenait à cœur et m'encourageait à y croire.

 

En avril 1999, Lex et moi sommes sortis ensemble. Je ne rentrais pas dans les détails de notre histoire, simplement il y a un fait à savoir : Lex et moi c'était du grand n'importe quoi. On s'engueulait, on se rabibochait pour mieux s'engueuler... Et je pleurais, je pleurais beaucoup. Ma mère assistait impuissante à mes crises de nerfs, tentant par moment de me faire comprendre que ce garçon n'était pas fait pour moi, qu'il y en a d'autres...

 

Et puis l'été, il est parti au Chili, un mois. Quand il est revenu, il n'avait qu'une idée en tête: y retourner après le bac, avec moi. Quelques temps plus tard, nous cassions mes économies pour nous payer le billet d'avion. Quand je l'ai annoncé à ma mère, j'ai bien cru que j'allais la tuer...

 

Mais au fur et à mesure que notre relation évoluait, je me suis coupée de tous mes ami(e)s. Lex était quelqu'un de possessif et jaloux, il ne les aimait pas. Il disait qu'ils avaient une mauvais influence sur moi, que je méritais mieux. Pourtant depuis que j'étais avec lui, je ne travaillais plus en cours. J'étais devenue tellement distante qu'un jour ma prof principale convoqua mes parents pour qu'ils mettent fin à ma relation avec Lex.

C'est à ce moment là que les relations avec mes parents ont commencé vraiment à se dégrader Mon père était persuadé que je me droguais, et ma mère, qui avait facilement fait le rapprochement entre mon petit ami et mon attitude, ne manquait jamais une occasion de me faire savoir sa désapprobation. Je ne compte pas le nombre de dispute que j'ai eu avec eux à son sujet.

 

Je vous rassure tout de suite, je ne me droguais pas. En fait si, ma drogue c'était Lex. Car ce n'était pas de l'amour, c'était une sorte d'addiction malsaine qui m'avait complètement fait perdre pied... et loupé mon bac. Tout mon monde s'est écroulé le jour des résultats : mon amoureux allait partir sans moi, et surtout, je n'irais pas en Amérique du Sud ! A ce moment là, je n'ai pas compris que ce qui inquiétait mes parents c'était mon avenir: en un an j'avais flingué mon dossier scolaire !

 

Un temps je m'étais renseignée pour refaire mon année de terminale dans un lycée français à Santiago. Mais mes parents m'ayant confisqué mon billet d'avion, il m'était impossible de partir à la date prévue. Et puis à force de négociation, ma mère m'accompagna pour que je change la date de mon départ, initialement prévue en octobre, pour un départ en février, au moment de mon anniversaire.

 

Étant donné que c'était en pleine période scolaire, je décidai de ne pas partir et d'encore une fois décalé mon voyage. Chose qui surpris mon entourage, mais il faut avouer que du moment que Lex n'était plus là, j'avais pour un temps recouvré mes esprits. Je partirai donc en septembre.

 

Ma mère aurait préféré que je l'annule. Elle en était malade ! Je me rappelle l'avoir accuser d'être jalouse parce qu'elle, qui a toujours rêvé de voyager, n'avait quitter Strasbourg que pour aller dans le sud en vacances. Je ne comprenais pas que ce qui la rendait malade, c'est de se dire que sa fille allait partir à l'autre bout du monde et qu'elle avait peur. Tout comme je ne la comprenais pas quand elle me conseillait de quitter Lex, non pas parce qu'elle voulait me voir avec un fils de médecin mais simplement parce qu'il me rendait malheureuse.

 

Mon histoire avec Lex a duré 8 ans. Pendant ces huit ans, je n'ai cessé d'être en guerre quasi permanente avec mes parents et je suis partie 3 fois en Amérique Latine. J'ai même failli y rester si mon père, par une ruse dont il a le secret, n'avait pas réussi à me faire revenir.

 

Et un jour j'ai dit stop. Le chilien souhaitait que je l'accompagne pour un an là bas. Ce n'était pas l'envie de partir qui me manquait mais j'ai compris que notre histoire ne rimait à rien. Lui allait faire son stage de prof là bas, et moi ? Ici j'avais un travail et des projets, là bas je n'aurais encore une fois vécue qu'au travers des siens ! C'est comme ça qu'il est parti, parce que je lui ai dit non.

 

Un soir, j'ai rencontré Chewy, très vite ça a coller, on a emménagé ensemble et Rosibulle est arrivée.

Le matin du premier jour, quand je me suis retrouvée seule avec elle, dans notre chambre à la maternité, j'ai pleuré. Ce n'était pas des larmes de joies (pourtant j'étais heureuse) mais de l'angoisse : je me suis souvenue de ce que ma mère me disait et de ce que je lui ai fait endurer.

J'ai regardé ma fille et j'ai compris...

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by la bulle de Mimine - dans Life is Bio'tiful
commenter cet article

commentaires

alfirin67 06/11/2011 11:38


Quel beau texte, si bien écrit. Je vous souhaite beaucoup de bonheur pour l'avenir et la réalisation de vos projets ! Je continuerai à suivre ce blog que je viens de découvrir, ainsi que vos
actualités sur facebook ;) Bonne continuation,
Myriam.


mummygaga 22/10/2011 09:05


PLEIN de courage et de force pour vous tous.


SimsFamily 20/10/2011 09:47


Oh merde petite Mimine je viens de lire ta réponse !!!
Bon courage dans cette épreuve et peut-êter que si tu lui lis même dans le coma des fois ils entendent ça pourrait te faire du bien


Nat et ses oursons 20/10/2011 09:05


Très bel article, ça résume tout, on ne se rend compte que tard du pourquoi les parents nous refusent des choses, etc. Quand on devient parent à son tour, on comprend....Courage pour ce qui arrive
à ta maman, je ne sais quoi dire de plus....


SimsFamily 20/10/2011 04:59


très belle histoire ! je prie pour toi que tu le fasses ce tour du monde même si ce ne sera que pour plus tard !
Moi quand j'étais gamine, ado et pré adulte c'était l'australie qui m'attirait et je faisais comme toi ! Mais bon ca ne s'est jamais fait !


Présentation

  • : la bulle de Mimine
  •  la bulle de Mimine
  • : A l'abris dans ma bulle, j'observe. De coups de gueule en coups de coeur, je vous en fait voir de toutes les couleurs... Une autre vision du monde? je vous propose la mienne :)
  • Contact

Ayez la bull'attitude!

facebook-256-256.jpg                        Suivez-moi sur Hellocoton   Image d’aperçu

Citation

"L'absurde naît de cette confrontation entre l'appel humain

et le silence déraisonnable du monde "

Albert Camus 

Ce qu'on dit de la Bulle ^^

Pincez-moi ! Est-ce un rêve ? Un songe ? Une hallucination ?

Mimine a réussi a réunir en un seul blog (La Bulle de Mimine )

tous les ingrédients nécessaires au plaisir de l internaute.

Où donc Mimine et son esprit brillant ont-ils

dégotté la formule magique du web ?

Hélàs, je l ignore. Mais une chose est sûre :

je retournerai souvent sur La Bulle de Mimine , du bonheur en pixels.

 

Signé : LisaBuzz