Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 septembre 2011 3 07 /09 /septembre /2011 23:10

redif du 31/08/11

Ma dernière soirée de femme sans enfant ? La geek que je suis l'a passé devant son PC à discuter avec Cécile, une copine d'enfance, via Facebook. Je me souviens avoir été prise de maux de ventre et les lui avoir décrite. «Tu vas voir tu vas être bonne pour partir à la mat' cette nuit qu'elle me dit ma copine, qui était déjà passer par là. Si seulement... 

 

Je passe une nuit affreuse : la chaleur, les maux de ventre et les gigotements de la crevette ont eu raison de mon sommeil. Et quand enfin j'arrivais à m’endormir, c'est Chewy qui, lui non plus n'arrivant pas à trouver le sommeil, me réveillait avec ses allées/retours chambre-cuisine, chambre-salon, chambre- je me promène dans l'appart'.

 

Le matin, après cette courte nuit, les douleurs ont disparu. Comme convenu avec l'intern (qui est un ami d'enfance à Chewy) rencontré la veille, nous appelons la maternité pour connaître la marche à suivre concernant la suite des événements.

On nous dit que le mieux c'est de venir, car étant donné que je suis à J+7 et que rien ne se passe, il faudra certainement déclencher.

 

L'idée ne m'enchante guère. Je fais tout pour retarder le départ pour l’hôpital, jouant à cette occasion avec les nerf du futur papa. Je lambine, prétextant avoir encore faim pour reprendre une Nième tartine, vérifiant 500 fois les valises et les papiers dont nous avions besoin pour l'admission.

 

Enfin c'est le départ. Sur le chemin j'envoie des textos, prévenant mes copines mais aussi mon frère et ma cousine (la future marraine) de la situation. Je

n'oublierais jamais les messages de soutiens que j'ai eu en retour. Ils arrivaient à point nommé, étant donné le stress que je ressentais.

 

Non pas que j'avais peur d'accoucher, de la douleur ou je ne sais quoi, mais toute les questions que je m'étais posée durant toute ma grossesse resurgirent, et faisaient l’effet d'une bombe dans mon esprit. Est ce que je vais être une bonne mère ? Vais je être à la hauteur ? Etc...

J'avais aussi peur du déclenchement, je ne savais pas vraiment ce qui m'attendait. L'angoisse de la césarienne ou d'un problème me rongeait. Et si je n'y arrivais pas ? Et si j'arrivais pas à mettre mon bébé au monde « normalement » ?

 

Voilà, nous sommes devant la porte. On sonne. C'est la sage femme qui m'accompagnera toute la journée qui vient nous ouvrir. « Elle a le sourire, c'est bon signe » je me dis.

Elle nous installe dans une chambre, me branche au moniteur et s'en va informer le gynéco de garde de notre arrivée afin de prendre les instructions.

Ce gynéco, je n'aurais l'occasion de le voir qu'une fois : en le croisant dans les couloirs, plus tard, quand je serais autorisée à quitter la chambre pour me dégourdir les jambes.

 

A son retour, la jeune femme nous dit qu'il va falloir déclencher l'accouchement. Et là, c'est le drame ! J'éclate en sanglot : je ne veux pas en entendre parler. Le stress et la fatigue accumulée n'aidant pas à me calmer, je mélange tout, craignant toujours cette césarienne que je veux à tout prix éviter.

 

La sage femme et Chewy essaient de me rassurer, m'expliquant qu'il n'est pas question de césarienne, qu'on va simplement m'administrer une gélule d'ocytocine afin d’accélérer le travail et d'aider le col (de l'utérus) à s'ouvrir. Mais rien y fait, je ne veux pas entendre raison.

Chewy s’énerve, craignant pour le bébé, et la sage femme, voyant que nous avions besoin de parler tout les deux, s’éclipse.

 

Une fois seuls, j’essaie tant bien que mal d'expliquer à mon homme, les raisons de mon refus. Lui de son côté me calme et me rassure, me disant que le mieux c'est d'expliquer à la sage femme le pourquoi du comment.

 

C'est donc ce que je fais à son retour.

 

La jeune femme se montre très compréhensive, me ré expliquant calmement les choses, et répétant que, oui il est toujours possible de ne rien faire, mais étant donner le dépassement de terme avancé, la santé du bébé peut être mis en jeu.

J'accepte donc.

 

Une fois m'avoir administrée cette foutue gélule, la sage femme s'en va en déclarant « maintenant ce n'est plus qu'une question de temps, d'ici ce soir vous aurez votre bébé dans les bras »

 

Tu parles Charles !

 

 

      To be continued

 

 

J'ai décidé de vous raconter ça en plusieurs parties... pour le suspens :p 

 

 

 

 

 

 

 

 


 

Partager cet article

Repost 0
Published by la bulle de Mimine - dans Life is Bio'tiful
commenter cet article

commentaires

les cafards 31/08/2011 21:32


J + combien alors ? Bizzz des cafards


Mimine 31/08/2011 22:30



J + 8 elle s'est fait désirer la louloute ^^ je raconterais la suite la semaine prochaine :) 



Présentation

  • : la bulle de Mimine
  •  la bulle de Mimine
  • : A l'abris dans ma bulle, j'observe. De coups de gueule en coups de coeur, je vous en fait voir de toutes les couleurs... Une autre vision du monde? je vous propose la mienne :)
  • Contact

Ayez la bull'attitude!

facebook-256-256.jpg                        Suivez-moi sur Hellocoton   Image d’aperçu

Citation

"L'absurde naît de cette confrontation entre l'appel humain

et le silence déraisonnable du monde "

Albert Camus 

Ce qu'on dit de la Bulle ^^

Pincez-moi ! Est-ce un rêve ? Un songe ? Une hallucination ?

Mimine a réussi a réunir en un seul blog (La Bulle de Mimine )

tous les ingrédients nécessaires au plaisir de l internaute.

Où donc Mimine et son esprit brillant ont-ils

dégotté la formule magique du web ?

Hélàs, je l ignore. Mais une chose est sûre :

je retournerai souvent sur La Bulle de Mimine , du bonheur en pixels.

 

Signé : LisaBuzz