Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
8 septembre 2011 4 08 /09 /septembre /2011 01:08

Une fois m'avoir administrée cette foutue gélule, la sage femme s'en va en déclarant «Maintenant ce n'est plus qu'une question de temps, d'ici ce soir vous aurez votre bébé dans les bras» Tu parles Charles!

 

 

Il est a peu près onze heure et demi midi, quand on m'administre ma première gélule. Je dis première parce que vous verrez par la suite que j'aurais droit à une seconde.

Ensuite on vient m'apporter le repas: je vous avouerais que je ne me souviens plus de ce que j'avais dans mon assiette. Quand je pense à un repas d’hôpital c'est forcément de la ratatouille, mais là en l’occurrence ça n'en était pas. Pour la petite anecdote, quand j'étais enfant, je me suis faite opérée des canaux lacrymaux et un de mes seuls souvenirs de mon séjour à l’hôpital, c'est justement la ratatouille qu'on nous avait servi un jour. Depuis, ce plat est resté dans mon esprit comme étant celui qu'on mange quand on est hospitalisé (et du coup, je suis pas une grande fan). Par contre, je me souviens n'y avoir quasiment pas touché, ce qui avait choqué la sage femme à son retour : «Mais vous n'avez pas faim? Faut manger, pour avoir des forces, parce qu'après vous n'aurez peut être plus le droit de manger avant la naissance de votre bébé. »

 

Je ressens quelques petits tiraillements dans le bas ventre. Optimiste de nature, je me dis que c'est bon signe. Ma tante, qui travaille là, passe me voir pendant sa pause. Ça me rassure de la voir, on se sent toujours moins paumé quand on voit des visages familiers. Puis c'est le retour de la sage femme, qui vient pour m'examiner et me remettre sous monitoring (oui forcément, je n'étais pas attachée pour manger).

Mon homme somnole sur le gros ballon qui sert normalement à soulager les femmes en plein travail. On me propose de prendre un bain, chose que je refuse pour d'obscures raisons dont je ne me souviens plus. Sans doute à cause de l'eczéma qui recouvrait une bonne partie de mon corps...

 

Me voilà à nouveau attachée à un lit d’hôpital, et dehors le soleil brille. Pour tuer le temps, je bouquine, je textote avec mon frangin et je chronomètre le temps entre deux réveils en sursaut de Chewy. Bah oui, à s'endormir affaler sur un gros ballon, on risque la chute. Pourtant malgré mon optimisme légendaire, je commence à brouiller du noir: le plus déprimant n'étant pas le magnifique soleil qui me nargue par la fenêtre, mais l'arrivée d'autres futures maman à la maternité.

En effet, mon après midi est rythmée par le son de la sonnette et les bruits de portes et de pas qui annoncent leur venue. Certaines gémissent si fort que j'assiste à leur accouchement et bien souvent le premier cri de leur bébé arrive à mes oreilles, alors que pour moi, rien ne se passe. Je reste là avec mes petits tiraillements dans le bas ventre, mon bouquin et mes textos, inexorablement arnachée au monitoring qui fait scratch scratch.

 

Pendant ce temps, à Melisey, mon beau père taille les haies de son jardin, espérant à chaque fois qu'il en a fini une, qu'a la prochaine le téléphone sonnera pour lui annoncer qu'il est grand père.

 

Il est au environs de seize heures, la sage femme revient une énième fois. Mais cette fois si c'est pour m'annoncer une bonne nouvelle : je vais être libérée ! Non elle ne me renvoie pas chez moi, ni ne m'annonce l'arrivée d'une cigogne sur le toit, apportant dans une lange mon bébé... Non non, rien de cela! le gynéco s'est simplement décidé à accepter de m'enlever le monitoring, pour que je puisse me promener un peu. J'ai pour consigne de ne pas trop m'éloigner et d'être de retour pour dix huit heures grand max. Mais avant ça, elle m'administre une nouvelle gélule d'ocytocine.

 

Tel Cendrillon apprenant qu'elle va pouvoir allé au bal, je saute du lit et m'engouffre dans le couloir, Chewy sur les talons, direction l'entrée de l'hôpital où j'avai repéré, le matin en arrivant, un distributeur de chocolat.

Je meurs de faim, je jette donc mon dévolu sur un paquet de MnM's dont je ne fais qu'une bouchée (je crois que je n'en ai même pas laisser à Chewy ).

 

Nous allons ensuite dehors : enfin je vais pouvoir profiter de ce soleil radieux. J'en profite pour appeler une copine que je devais voir le jour même pour l'informer de la situation. Elle est tout étonnée que je pense à m'excuser alors que je suis sur le point d'accoucher. Enfin sur le point d'accoucher c'est elle qui le dit...

 

Chewy et moi papotons de choses et d'autre, je vais bien, je n'ai vraiment pas l'impression que je vais accoucher, je ne ressens même plus de tiraillement. Mais Chewy n'aime pas le soleil, alors on rentre. La maternité étant au troisième étage, on décide de prendre l'ascenseur. Mais il tarde à venir, donc moi, toute pimpante je lui propose les escaliers , là j'ai de nouveau droit à son regard noir. J' argumente que ça ferait venir plus vite le bébé, donc il accepte de monter les trois étages à pied.

Arrivés en haut, nous arpentons les couloirs, mais fatiguée de mon ascension, je lui fais savoir que je vais retourner dans la chambre pour m'allonger un peu.

Lui décide d'aller chez Ronald, à 500mètres car son estomac crie famine.

Plus tard j'ai recommencé ma spectaculaire ascension, avec un peu plus de mal et toute seule... Inconscience quand tu nous tiens !

 

Quand Chewy revient, j'ai le droit de déguster mon dernier McDeluxe de femme sans enfants. Puisque peut de temps après, la sage femme reviendra pour m'examiner, constatant que mon col ne s'ouvrait toujours pas, et après avoir consulter l'avis du gynéco de garde, elle m'installe dans une salle d'accouchement et m'explique qu'étant donner que les gélules ne fonctionnent pas, elle va me mettre sous perfusion.

 

Bientôt le dénouement... Encore une semaine à attendre, patience ^^ 

Partager cet article

Repost 0
Published by la bulle de Mimine - dans Life is Bio'tiful
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : la bulle de Mimine
  •  la bulle de Mimine
  • : A l'abris dans ma bulle, j'observe. De coups de gueule en coups de coeur, je vous en fait voir de toutes les couleurs... Une autre vision du monde? je vous propose la mienne :)
  • Contact

Ayez la bull'attitude!

facebook-256-256.jpg                        Suivez-moi sur Hellocoton   Image d’aperçu

Citation

"L'absurde naît de cette confrontation entre l'appel humain

et le silence déraisonnable du monde "

Albert Camus 

Ce qu'on dit de la Bulle ^^

Pincez-moi ! Est-ce un rêve ? Un songe ? Une hallucination ?

Mimine a réussi a réunir en un seul blog (La Bulle de Mimine )

tous les ingrédients nécessaires au plaisir de l internaute.

Où donc Mimine et son esprit brillant ont-ils

dégotté la formule magique du web ?

Hélàs, je l ignore. Mais une chose est sûre :

je retournerai souvent sur La Bulle de Mimine , du bonheur en pixels.

 

Signé : LisaBuzz