Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
5 octobre 2011 3 05 /10 /octobre /2011 23:21

 

Des préjugés et des stéréotypes en tous genres, Nathalie n'en a cure. Maman au foyer et épouse de militaire, elle se marre en entendant l'absurdité des propos que peuvent tenir certains. Et même si parfois elle en rit légèrement jaune, elle n'hésite pas à rentrer dans le lard de tous les biens pensants persuadés de connaître la vérité absolue. Honni soit qui mal y pense: sa vie, elle l'a choisie et l'assume pleinement.

Vous l'aurez compris, cette semaine je vous propose de découvrir une femme au caractère bien trempé car c'est pour la Bulle que Nat (sans ses oursons cette fois) a accepté de se dévoiler un peu. Coup de projecteur sur les confidences d'une blogueuse à cœur ouvert...

 

Peux tu te présenter en quelques mots?

Alors je m’appelle Nathalie (Nat et ses oursons pour la blogosphère), j’ai 35 ans, un mari militaire (l’ours), 2 loupiots (les oursons), Loukian, bientôt 6 ans et Lily 3 ans et demi, et une minette de 6 mois qui s’appelle Gaïa. Je suis MAF (mère au foyer)depuis la naissance de Loukian.  Nous vivons dans l’Ain, près de Lyon, mais nous sommes originaires de Charente, et souhaitons (surtout moi lol) devenir bretons dès que ça sera possible !

 

Ton homme est militaire au regard des différentes missions/ conflits dans lesquelles l'armée française est engagée, comme gère tu ta peur de voir ton homme partir?

Je gère comme je peux. Je fais confiance au professionnalisme de mon ours,  je sais que ce n’est pas un fou de guerre qui se mettra en danger de façon déraisonnable (mais je sais que même en faisant attention, il est sous le feu, ça reste flippant). Et quand il est en opex (Opération Extérieure) dans un pays qui craint (l’Afghanistan par exemple, où c’est une vraie guerre même si le gouvernement a tout fait pour que les français ne s’en rendent pas compte), je pars du principe que « pas de nouvelles  bonnes nouvelles »… En effet, j’ai vécu l’embuscade d’Uzbeen en 2008 par procuration, le meilleur ami de l’ours était en plein dedans, et ça m’a permis de me rendre compte que les infos ne paraissent pas (ou au moins sans les identités des soldats touchés) avant que les familles soient averties. Donc bon, je préfère un silence plutôt qu’une mauvaise nouvelle…

 

Avec l'habitude, je suppose que ta vie de famille s'est organisé en fonction de l'absence fréquente de ton homme, comment ça se passe quand il est là?

Ça se passe bien lol! Moi je revis, j’ai l’impression que ma vie est plus simple (et c’est le cas d’ailleurs !)

 

Question partage des tâches, quand l'ours est à la maison, qui descend la poubelle?
L'ours est un ours un peu maniaque, donc il fait le ménage et sort la poubelle!!!^^ J'te jure, moi chuis du genre bordélique, loin d'être la femme au foyer idéale à ce niveau-là, mais lui compense!!!!!

 

Et les enfants? Comment acceptent ils la situation? Comment ton homme arrive t'il à installer son autorité? A trouver sa place de père?

Pour le moment ils sont encore petits, ils ont toujours vécu avec un papa courant d’air (parce que mon homme part très souvent en manœuvres en plus des opex…)…Il leur manque beaucoup c’est évident, mais ils le vivent bien, en tout cas pour le moment… J’avoue craindre le prochain Afgha (Mai 2012) parce que Loukian est maintenant à l’école primaire, avec des enfants plus grands qui peuvent lui parler des risques pour les militaires, chose dont il n’est pas encore conscient, il est encore dans la naïveté de l’enfance à ce sujet…

L’ours arrive bien à avoir sa place de papa, il n’a pas de problème d’autorité ni rien (d’ailleurs ça me fait enrager de voir la différence entre ses journées seul avec les enfants, et les miennes !!!! Mais bon faut dire qu’il a rarement à gérer plus qu’un repas et les distractions….)… Le seul truc qui montre qu’il est souvent absent, c’est que les enfants me demandent souvent confirmation même si papa répond. Surtout Lily d’ailleurs… S’ils ont un truc à demander ce sera à moi d’abord, etc. Je suis toujours disponible faut dire, vu que je suis MAF !!

 

Lors de tes grossesses a t'il pu être présent? Et sinon comment avez vous vécu l'absence?

Sur ce point, contrairement à beaucoup de femmes de milis, j’ai eu de la chance. Il a toujours été là (bon à part des manœuvres par ci par là, mais 15 jours d’absence, c’est « peanuts » à force) pendant mes grossesses (enfin pas au point de m’accompagner aux RDV et au cours de préparation), et pour mes accouchements. Et vu comment ça s’est passé j’en suis vraiment contente parce qu’il a pu profiter des 2 premières heures de ses enfants, ça n’a pas de prix ! (surtout quand je vois sa frustration de louper des trucs importants…)

 

Personnellement l'une de mes plus grandes peurs c'est qu'un jour ma fille veuille s'engager dans l'armée, anticipes tu ce genre de décision de la part de tes enfants? Comment réagirais tu si l'un d'entre eux décide de suivre les pas de son père?

Je crois que je pleurerais beaucoup !!!!!!lol ! Non, sans rire, c’est déjà pas simple quand c’est son mari, mais voir son enfant partir à la guerre….Même pas j’y pense !!! Non franchement, si je peux les motiver pour autre chose, je serai ravie, et leur père aussi d’ailleurs ! Ce n’est pas dans notre esprit d’avoir une longue lignée de militaires, etc. Ce n’est pas un métier facile, quoi qu’en disent les préjugés des gens, et comme beaucoup d’autres professions, pas payé à sa juste valeur, donc si les enfants voulaient suivre les traces de leur père, j’aurais du mal à l’encaisser je pense….

Après, je ferai la différence entre l’engagement par dépit,( parce que c’est facile de suivre papa, parce qu’on ne sait pas quoi faire d’autre), et la vocation contre laquelle c’est difficile de « lutter »… Si c’est une vraie passion, je n’aurai d’autre choix que de m’y faire…Mais là pour le moment j’avoue que je préfère m’imaginer que ça n’arrivera pas !!!

 

 La femme au foyer est (encore) au cœur de la polémique, qu'as tu à répondre à celles et ceux qui se nourrissent de préjugés à l'égard des MAF? (pas indépendante, faible/fragiliser socialement, esclave des tâches ménagères et de ses enfants etc... ) 

Déjà, j'aime pas les préjugés de base, donc bon... Je cumule un peu en plus! Mère au foyer, mariée à un militaire,etc!^^ Moi ce que je répondrai c'est que je ne suis esclave de rien ni de personne! J'ai fait le choix de rester à la maison, parce que j'estime que mes enfants ont besoin de moi, surtout avec papa ours toujours absent...Je ne me sens pas faible ni dépendante. Certes, financièrement, c'est papa ours qui nous fait vivre, mais de toute façon on est mariés pour le meilleur et pour le pire, on partage tout, donc ce qui est à lui est à moi et vice versa. Donc je n'ai pas l'impression de dépendre de lui, je ne lui demande pas d'argent de poche, je ne me sens pas entretenue, j'estime qu'en "supportant" la vie que nous impose son boulot, je fais ma part, donc bon, pas de scrupules quoi... Ma retraite, de toute façon je ne compte pas dessus donc voilà quoi.....

Et puis d'ailleurs pour être honnête, je vis ma vie comme je l'entends, et je me fiche de ce que peuvent penser les gens! 

 

Tu es maman au foyer, femme de militaire... Tes enfants prennent une grande place dans ta vie, mais ta vie de femme, où est elle?

Elle se porte bien aussi lol ! Je ne suis pas de celles qui ont besoin de sortir, de bosser, ou autres pour s’épanouir.. Je suis un peu casanière, et mon loisir principal est de surfer sur le net, c’est ma bulle à moi, mon jardin secret (enfin façon de parler), ma bulle d’oxygène… Mes enfants sont maintenant tous les 2 à l’école (enfin juste le matin pour Lily), ce qui me donne plus de temps pour moi si j’en ai envie. Ils mangent à la cantine tous les jeudi, et donc le jeudi je suis seule toute la journée, donc si j’ai envie de faire les boutiques par exemple, je peux le faire…

J’ai des amies qui comptent beaucoup pour moi, et que je vois régulièrement (l’une d’elles est aussi femme de mili, et vit tout près de chez moi, on se voit tous les jours), et si je veux des conversations d’adultes qui ne tournent pas autour des enfants, je ne suis pas dépourvue entre elles et mes copines de forums !

Bref, pour le moment, même si vu de l’extérieur ma vie semble « pauvre » pour certaines, elle me convient, je m’évade aussi beaucoup en lisant, et ça me va très bien !

 

 

Dans ton blog tu nous fais part de tes coups de gueules, de tes réflexions sur le bonheur, plus récemment tu as pris la parole pour revendiquer le droit essentiel qu'a chaque parents d'élever son enfants comme il l'entend sans être juger qu'est ce qui a motivé ce ras le bol?

C’est un ras le bol que j’exprime souvent depuis que je suis tombée enceinte la 1ère fois.. J’hallucine toujours devant la façon qu’ont les gens de se « chamailler » pour des choses qui sont pour moi de l’ordre de l’intime, et qui n’ont pas à faire débat selon moi…Bien sûr, comme tout le monde, j’ai un avis, et je n’hésite pas à le donner, mais je ne juge pas celles et ceux qui ne suivent pas les mêmes voies… Je n’autorise personne à juger ma façon de m’occuper de mes enfants, donc je me verrais mal placée pour juger les autres…

J’ai toujours eu un caractère suffisamment fort pour ne pas me laisser faire, mais quand on fréquente des forums par exemple, on voit toujours des mamans se faire fustiger pour leur choix,  et de voir ces femmes parfois malheureuses à en pleurer parce qu’elles manquent de confiance en elles et qu’elles pensent être de mauvaises mères, ça me hérisse !!!!! A quoi ça sert de faire souffrir les gens pour des choses dont, au fond, on se fiche vu que ce n’est pas notre vie !!?? je veux dire qu’il y a une grosse nuance entre dire à une maman « Moi je ne fais pas comme ça parce que pour moi cette solution est meilleure » et lui dire « nan mais tu fais n’importe quoi on se demande comment tu peux oser être mère »…. Bien sûr je caricature volontairement, mais parfois c’est ça, voire pire…

J’ai fait mes choix en toute conscience, je sais qu’ils ne correspondent pas à ce que beaucoup considèrent comme l’éducation idéale, mais je m’en fous parce que je considère que personne n’a à me dire comment je dois faire… Mais certaines mamans ne sont pas sûres de leur choix, ou sont juste angoissées de nature, et se faire traiter de mauvaise mère quand déjà on est fragile, c’est pas l’idéal je pense…

 

 

Ne pense tu pas que parfois il serait bon de remettre les pendules à l’heure de certains parents?

Disons que quand on voit certains gosses on se dit qu’il y a des baffes qui se perdent, mais pas pour les gosses hein, pour les parents !!!!!^^

 

En matière d'éducation, tu racontes avoir tenter plusieurs fois ton capes, sans succès, est ce que cette expérience et ce que tu as appris pendant tes études te servent au quotidien avec tes enfants?

Non, pas du tout car à l’époque (on dirait une vieille !!!) tu faisais 1 an d’IUFM au terme duquel  tu passais le concours. Ce n’était que de la théorie, aucun apprentissage réèl de ce qu’est le métier de prof. Ensuite, ceux qui réussissaient faisaient leur année de stage où ils apprenaient enfin le métier, et plus seulement la matière qu’ils souhaitaient enseigner. Maintenant c’est pire, y a plus cette année de stage, on passe direct du concours à un poste, les profs ne sont plus formés correctement, il faut le dire haut et fort !!!

Du coup, pour répondre à ta question, non, le fait d’avoir préparé et passé ce concours ne m’a rien apporté concernant mes enfants…

 

 

Le 14 juillet dernier, Éva Joly a pris position en faveur d'un défilé citoyen, quelle a été ta réaction? Est ce que tu m'en veux d'avoir pris positions en faveur de la proposition de la candidate écolo et d'avoir été relativement dure avec ton mari et ses collègues? (cf mes articles à ce sujet ici et )

 

J’ai lu tes articles histoire de voir en gros ton propos, et d’abord pour te répondre : Non je ne t’en veux pas LOL !!!! Je ne vois pas pourquoi je t’en voudrais !

Je suis d’accord sur le fait que le 14 juillet devrait être plus civil, mais je suis contre la suppression du défilé. En fait ce n’est pas vraiment le défilé dans sa forme actuelle  que je tiens à garder, c’est juste que mine de rien, quand on parle de patriotisme, même si l’armée est l’arme de l’État et non du peuple, c’est quand même la seule institution où la fierté de servir son pays est toujours  présente…  Et ce qui me dérangerait dans la suppression de ce défilé, c’est le fait que c’est le seul jour où on montre l’armée de façon positive, par le défilé et par les reportages tv. Parce que non, l’armée n’est pas une réunion d’abrutis fachos et alcooliques !!!  Et c’est une ancienne antimilitariste qui parle !!! J’avais moi-même des préjugés avant que l’ours s’engage, j’ai appris à vivre avec l’armée, j’ai  fait le tri entre le vrai et les préjugés, et je peux te dire que la majorité des idées que les gens se font sont fausse : Oui on paie un loyer, oui, si nos revenus le permettent on paie les impôts comme les autres, non les militaires ne sont pas bourrés de thune ( mon mari est Adjudant, c’est l’équivalent d’un cadre, voire cadre sup niveau responsabilités, il touche à peine plus de 2000€/mois, pas sûre du tout que dans le civil des cadres avec le même niveau de responsabilité se contentent de 2000€ !). Non les militaires ne sont pas des brutes sans cervelle ( passez les « examens » que l’ours a passés depuis le début de sa carrière, on en reparle après !). ..Ils sont avant tout des hommes, avec des familles etc. !!!!

L’ ours a justement défilé cette année , et même si je n’aime pas les démonstrations de ce genre en général (se faire mousser c’est bon pour les généraux de bureau, les vrais soldats font leur boulot sans recherche de prestige), j’étais fière. Fière parce que enfin mon mari et ses collègues recevaient une petite dose de reconnaissance.  Bien sûr ils ont signé en connaissance de cause, mais si eux ne le font pas, qui le fera ? Eux non plus ça ne les amuse pas de partir à 8000km pour faire une guerre qui ne sert pas à défendre notre pays, eux non plus ça ne les amuse pas de risquer de mourir pour des intérêts qui ne sont pas ceux de la Nation, mais ceux de groupes pétroliers et autres. Mais c’est comme ça, c’est leur boulot, et ils le font aussi bien que les moyens qu’ils ont le leur permettent…

Et cet engagement n’est pas reconnu, le gouvernement a tellement tout fait pour faire croire que ce n’est pas une guerre, que les gens s’en foutent, et limite disent que les militaires morts sur place l’ont bien cherché…Ça ça me fait bondir.. Quand on voit l’accueil réservé aux soldats qui rentrent, vivants, blessés, ou morts dans d’autres pays (en Europe, pas seulement aux Etats Unis), par rapport à la France, je me dis quand même qu’il y a un truc qui cloche….

Bref, pour en revenir au défilé, mon ours n’a pas été particulièrement heureux de défiler (surtout après avoir appris la mort de 5 camarades juste avant…), par contre, l’après-midi, les milis étaient dispatchés dans Paris, à la rencontre des citoyens, et ça ça lui a beaucoup plu. L’accueil des gens lui a fait chaud au cœur… Et pour une fois il n’a pas eu l’impression de faire un boulot méprisé par tout le monde….

Bref (euh pour faire bref là c’est trop tard !!!!MDR), pour moi il faudrait en effet plus d’initiatives « populaires » ou « citoyennes »,  mais sans pour autant supprimer l’aspect militaire… 

Bien sûr là-dedans c’est mon cœur qui parle principalement, mais c’est clair que je vois ce que mon mari risque en faisant son métier (qu’il a certes choisi), et j’ai du mal à accepter que les gens le méprisent dans cette situation... Tout comme je ne supporte pas qu’on déblatère des stéréotypes sur tous les autres métiers, d’ailleurs ! C’est encore une façon de monter les français les uns contre les autres, diviser pour mieux régner ça s’appelle… Les civils contre les militaires, le privé contre le public, et j’en passe !

Bon faut que j’arrête sinon tu vas renoncer à publier l’interview LOL

 

A part les Cranberries :p , y'a t'il un sujet qu'on a pas abordé dont tu voudrais parler? Quelque chose à déclarer aux lecteurs de la Bulle? 

Qu'y a-t-il de mieux que les Cranberries franchement??????  

Non mais sans rire, je voudrais dire aux lecteurs de profiter de la vie, de faire les choses comme ils le veulent, sans s'occuper de ce que pensent les gens. Je voudrais aussi dire que je suis vraiment contente de m'être mise à faire mon blog, même s'il n'est pas forcément alimenté régulièrement, c'est super gratifiant d'avoir des commentaires! Et j'adore "rencontrer" de nouvelles personnes sur cette fameuse blogosphère, j'adore échanger, papoter (sans blague!!!??), etc. Un vrai exutoire!!!! 

Merci à toi pour cette interview, c'est vraiment sympa et ça donne une petite sensation d'être une VIP!

J'ajouterai si tu le permets un petit coup de pub pour mon forum de femmes de militaires, sans qui les absences et autres aléas seraient nettement moins faciles à gérer pour moi! Donc si dans tes lectrices se trouvent des femmes de milis, qu'elles n'hésitent pas à nous rejoindre, moi et mes copines Les Désarmantes

Les coupines je vous aime!


Et pour finir VIVE LES BRÊLES!!!!!!!



 

Repost 0
Published by la bulle de Mimine - dans L'interview de la semaine
commenter cet article
19 septembre 2011 1 19 /09 /septembre /2011 14:41

Quand j'ai demandé à Camille si elle était d'accord pour m'accorder une interview, elle m'a répondu "pas de problème, je suis au taquet". C'est ce que j'aime chez elle, elle est vivante, naturelle et passionnée. Cette cinéaste militante se donne à fond : écorchée vive, elle n'a de cesse de partager et témoigner de ce qu'elle a vu pour essayer de faire bouger les consciences. Mais avoir un métier comme le sien n'est pas chose aisée quand on le fait avec le coeur et les trippes. C'est avec respect et admiration que je tiens à la remercier de m'avoir accordé un peu de son temps, et je ne peux vous cacher l'enthousiasme avec lequel je vous propose aujourd'hui de faire connaissance avec cette femme courageuse et déterminée. Bonne lecture à tous! 

Peux tu te présenter en quelques mots?

Je suis Camille de Vitry, cinéaste, le mot ne me fait plus peur depuis "comme un écho" ma première fiction que j'ai tourné pour le cinéma en qualité cinématographique. Et quelle fiction !

Une semaine de tournage avec 30 figurants en costumes "d'époque", 3000€ de budget (quand j'annonce ça tous les producteurs du monde se suicident collectivement!)... De nombreux plans tournés dans Paris en profitant des caméras de Télébocal*, que je braquais le week-end, et surtout une enquête historique acharnée sur des années enfouies au sein de la fondation Adolphe Thiers - la droite de la droite ! - et des archives militaires de l'armée de Terre à Vincennes, entre autres musées & bibliothèques .

Ce film est le fruit de 17 ans de gestation, au cours desquels j'ai vécu mes propres expériences et réaliser de très nombreux reportage. Mais mon aventure au Mali est certainement celle qui m'a le plus marquée.

Avec l'appui total de la commune de Sadiola dont j'ai mesuré le pouvoir : nous avons fait plier les exploitants miniers du site et obtenu la tenue du premier atelier de concertation en Afrique de l'Ouest entre exploitants miniers et populations locales. De là est né "le prix de l'or", un diptyque documentaire sur cette gigantesque mine d'or de Sadiola, a fait le tour du monde dans les festivals trop polémique, jamais diffusé, comme tous mes documentaires jusqu’à présent…

J'en ai aussi écrit un roman, "l'or nègre", en téléchargement gratuit sur le site de tahin-partyje m'assois sur les droits d'auteur, le but est la diffusion maximale, surtout en Afrique où les députés se mettent à interpeller les ministres concernés…

 

Après "l'or nègre" et 4 tentatives d'assassinat au Mali - on ne dérange pas impunément de tels intérêts ! - je me suis demandé : que faire maintenant ? Surtout que j'ai maintenant un petit garçon de 6 ans que j'élève seule, je ne peux plus risquer ma peau dans de tels périples.

 
C'était 2011, les 140 ans de la Commune, et je bossais en CDD à Télébocal…

 

J'ai posé une semaine de congés sans solde et tourné "Comme un Écho" sur une base participative dans le XXe arrdt de Paris. Et je me suis fait vire à la fin de mon CDD pour esprit d'indépendance… Télébocal mon cul !

 

Pourquoi ce film sur la Commune ? Je vais te dire un secret que j'ai raconté aux figurants au cours du tournage : il y a très longtemps, peut-être en 1995, je me promenais avec mon amoureux au bas du Mont-Valérien. Nous avions pris la pente la plus raide, celle qui donne directement sur Paris.

Je remontais dans l'herbe folle, hors de tout sentier, quand j'ai entendu des tirs des explosions des cris des pleurs…C'était si fort que je me suis bouché les oreilles et me suis mise à courir pour que Pierre ne me voit pas. Je pleurais, c'était insupportable.

Quand j'arrive au bas du fort, sur l'arrête vive braquée sur Paris et sur le flanc une date gravée dans la pierre : 1842. Je me suis demandée ce qu'il s'est-il passé là, à cette date, à cet endroit. Et c'est sans gêne, la semaine suivante, j'ai écrit au commandant du fort qui m'a reçue très sympathiquement…

 

il s'appelait Sybille(orthographe fausse), ça ne s'invente pas et ça ne s'oublie pas.

Il m'a expliqué que le fort avait essentiellement servi à lutter contre Paris, pendant la Commune. La fréquence de tirs du fort était trois fois plus intense que pendant la guerre de 1870-71 contre les Allemands, et cette fois-ci le fort ne tirait plus des boulets mais des OBUS explosifs et incendiaires ! ! ! Le fort a ravagé l'ouest parisien !!! Même l'arc de Triomphe a été abîmé !

 

(il a été restauré dans les années 1980 je crois pour "réparer les outrages du temps") Voilà pourquoi je me suis enragée sur la Commune de Paris 1871 ! ! !

 

Donc en fait si je comprends bien, c'est une balade avec ton amoureux qui a déclenché cette merveilleuse aventure. Tu me dis que la participation des acteurs était basée sur le volontariat, le tournage s'est passé comment? Tu as eu des subvention?

Le tournage s'est merveilleusement passé. Par chance mon patron avait pris une semaine de vacances cette semaine-là - la première semaine des vacances d'avril - et j'avais les coudées franches.

 

Tout les matins j'ouvrais le local de Télébocal*, je m'installais et j'attendais les figurants. Ma précieuse assistante Catherine Gégout, retraitée de la mairie du XXe qui nous a obtenu TOUTES les autorisations de tournage ainsi que 3m3 de pavés du service de la voirie, me rejoignait tôt et costumait les figurants qui arrivaient.
Ambiance participative, extraordinaire, un film en état de grâce: tous bénévoles, tous militants, tous motivés, de grands noms comme Julien Bayou…Chacun notait ses journées de présence sur un tableau affiché dans l'entrée, s'il y a bénéfice on partagera au prorata des journées de chacun et du matos engagé pour les techniciens.

Nous avons fonctionné avec deux équipes de tournages, j'ai distribué un jeu de reproductions de gravures des scènes que nous allions tourner - 1789, 1830, 1848, 1871… - pour chaque figurant, ensuite j'expliquais les circonstances de la scène que nous allions tourner, je mettais des mots dans la bouche de chacun.

 

Mais ce sont les enfants qui m'ont le plus bluffée : des gamins de 6, 8, 11 ans qui jouent trois fois la même scène avec les mêmes mots et les mêmes gestes.

2 femmes enceintes sur ce tournage, la première a accouché en plein milieu, la 2e quelques jours plus tard, de 2 beaux garçons joufflus et vagissants… ça leur fera des souvenirs aux gamins plus tard !!!

Sinon, peau de balle pour les subventions.

 

Et tu comptes tenter de le projeter en salles ?


Bonne question ! Déjà, je le propose à Arte, je compte le proposer à MK2 aussi. 1h21mn c'est un bon format ciné, non ? on pourrait passer 'la Marseillaise" en intro, en version sénégalaise, sans visa, prix Très d'Esprit au festival international des Trèscourts.

Je crois que tu as fais des étude dans l'audiovisuel, pourquoi avoir choisi de travailler en free lance et faire des film engagés plutôt que de choisir la "facilité" et te mettre à l'abri?

J'ai commencé par la facilité ! j'assurais la communication d'une holding d'ingénierie internationale en sortant de l'école. Et puis un jour j'ai vu des drapeaux rouges sur l'église St Bernard dans le 18e…J'ai aussitôt pensé à la Commune ! St Bernard était un club révolutionnaire !!! Je suis rentrée… J'ai mis un pied dans l'église, deux pieds dans la lutte, trois pieds en Afrique…

Je me suis engagée corps et âme quand les grévistes de la faim de St Bernard ont été hospitalisés d'urgence au terme d'un mois de jeûne, perfusés sous menottes !!! Un mort de grève de la faim ça fait tâche au pays des droits de l'homme ! C'était en 1996, j'avais un salaire à 5 chiffres…

J'ai tourné en rond toute la journée, comme une bête fauve.

Le lendemain je sautais sur mon vélo et rejoignait l'église en proposant un jeûne de solidarité avec les grévistes de la faim. j'étais la première ! Le lendemain nous étions 10, le surlendemain 100… Toute la gauche plurielle a défilé dans l'église : Ariane Mnouchkine, Emmanuelle Béart - très jolie sans maquillage. Je passais tout le temps aux infos, du coup le holding d'ingénierie ne fit plus jamais appel à mes services. Ils m'ont vu venir avant moi : je n'allais pas laisser passer les documents qu'on me communiquait - regardez le bel oléoduc qu'on pose au Gabon… - sans les dupliquer, c'est certain !

Alors je me suis engagée totalement et rédhibitoirement, j'ai crevé de faim plus qu'à mon tour mais maintenant je me sens sortie de la galère.

 

Donc ton engagement vient de l'occupation de l'église St Bernard. Tu me parles beaucoup de l’Afrique aussi, ton intérêt pour ce continent vient de la aussi?

 

Oui, après l'évacuation de l'église j'ai repris la caméra. Quand Séma Camara, un des 10 grévistes, a été à son tour expulsé en 1997 j'ai sauté dans un avion pour le Mali, et j'ai découvert un univers féerique : l'Afrique ! J'ai réalisé "Parti les Mains Vides", projeté en 1998 sur le portail de l'église St Bernard pour le 2e anniversaire de l'évacuation, puis écrit "hakiré do djiké", la mémoire et l'espoir en dialecte sooninké, je suis partie me plonger pendant 3 mois dans un village sooninké pour ausculter la mémoire des vieux, l'espoir des jeunes, quand arriva la fête de Tabaski- où je m'éclipsai de ce tournage pour sauter dans un camion qui descendait de Kayes à Sadiola- du coup ce tournage est resté dans les tiroirs. Ça sera mon prochain film !
Ensuite je ferai bien un film sur Blanqui, tiens ! Auguste Blanqui surnommé "l'Enfermé", héros révolutionnaire, théoricien de l'insurrection depuis ses prisons …

Ça dois pas être évident tout les jours avec un enfant à élever seule. Comment tu arrives à rester motivé? Qu'est ce qui te fais courir?

Heu… Je ne sais pas. L'espoir ? La colère ? le désir de partager mes connaissances, le désir de résistance ?

Pour tout te dire à la fin du mois d'avril 2011 - heureusement Félix était en vacances à Marseille avec son père - je me suis évanouie de faim (!). Je n'avais plus un rond pour bouffer. Tout le fric était parti dans le tournage de "Comme un Écho".
Mais maintenant mes allocations sont rétablies, j'ai eu un retour de 4000€ (!) que j'ai dilapidé en quelques jours - si si - et je percevrai non seulement mes allocs mais les ASSEDIC donc je suis tranquille pour 6 mois - le temps que je vende "comme un écho" pour financer "Hakiré". J'ai la chance d'habiter au cœur de Paris et d'être propriétaire de mon appt - je rembourse encore 450€ de crédit par mois mais pour Paris c'est un loyer ridicule ! A 2 pas du marché d'Aligre, le marché de fruits et légumes le moins cher de Paris & banlieue ! A 2 pas de la gare de Lyon aussi, du RER, de Roissy, de Marseille, de l'Afrique…
Donc ça baigne et le père de Félix m'aide en cas de besoins.

Et ton fils, tu le fais participer à ton engagement? Comment interprète t'il ton engagement?

Il chante "la Commune n'est pas moooooorte !".

C'est le plus fier du monde ! 2 jours après la rentrée il m'a foncé dessus "alors il est fini ton film ?" et je lui ai montré le premier dvd gravé. Il me l'a arraché des mains, et retourné dans l'école et l'a offert au directeur stupéfait :
"C'est le film de maman."
- Ha bon ça parle de quoi ?
- C'est la guerre des riches contres les pauvres."
Il a tout compris. Et si un enfant de 6 ans a compris, tout le monde comprendra !

Au fait Comme Un écho, le titre t'es venu comment?

 

C'est bien un écho de l'Histoire que j'ai entendu au Mont-valérien, non ? Surtout ce film interrogenotre république actuelle à travers l'histoire, comme un écho des luttes anciennes et de la mobilisation toujours nécessaire…
J'ai écrit : "comme un écho, des vieilles pierres de la capitales sourdent les révoltes anciennes"

 

On peut voir tes films où? Et pour le DVD, il sera possible de s'en procurer?

Où : le 23 septembre à 20h au café La Commune, 3 rue d'Aligre
ou le 24 septembre à 20h impasse Crozatier en plein air. (au pire s'il pleut à verses il y aura très peu de monde, j'annule la diffusion dans l'impasse et je présente le film chez moi)
Je distribue gratuitement à qui veut la 1e fournée de dvd, 150 gravés manque de bol je me suis emportée - on ne se refait pas- sinon il faudra attendre la diffusion sur ARTE qui ne devrait pas refuser : les 140 ans de la Commune c'est maintenant !

Juste une dernière question... Est ce que tu as un conseil à donner à ceux qui voudrait suivre ton exemple?


heu… INDIGNEZ-VOUS ! Tel Stephan Hessel que j'ai eu le privilège de rencontrer à l'église St Bernard. Vigilance démocratique ! ! !

Faut vraiment que je l'interview M Hessel vous me le citez tous en exemple !


C'est un exemple ! Une lumière sur l'humanité ! Un phare !!! Par son vécu, ses engagements, ses prises de position publiques…
Il y a aussi Albert Jacquart que j'admire beaucoup
Lucie Aubrac que j'ai eu le privilège de rencontrer à plusieurs reprise… Elle m'a remis en personne le fameux appel : "créer, c'est résister. Résister c'est créer." Forcément ça motive ! Même si je dois m'évanouir de faim parfois…


Retrouvez tous les documentaires de Camille de Vitry sur dailymotion 

 

 

*Télé Bocal est une chaîne de télévision associative locale d'Île-de-France, produite par l'association du même nom, et partageant le canal 21 de la TNT francilienne avec d'autres chaînes locales (source Wikipédia)

Repost 0
Published by la bulle de Mimine - dans L'interview de la semaine
commenter cet article
11 septembre 2011 7 11 /09 /septembre /2011 11:59

Comme un sacerdoce laïque, Raphaël a compris l'importance du devoir de mémoire. Dans l'espoir d'apporter sa pierre au changement de notre société, il consacre sa vie à son prochain, en transmettant aux générations nouvelles ce qui s'est passé, avant. Parce qu'un peuple qui oublie son histoire est voué à répéter les mêmes erreurs.

Mais la foi tient aussi une part importante dans sa vie. Présent aux JMJ de Madrid en août dernier, il a accepté de partager son expérience avec les lecteurs de la Bulle de Mimine.

A l'heure où tout le monde ne parle que de laïcité peut être la solution pour un monde meilleur réside là, dans la foi que nous pouvons avoir en notre prochain, en notre capacité à être meilleur...

 

Peux tu te présenter en quelques mots?

 

Je suis né le 25 octobre 1981 à Clermont-Ferrand, fils et petit-fils d'enseignant par ma mère, fils et petit fils d'Italiens par mon père. J'y ai vécu jusqu'à 18 ans.

ENS Ulm* à Paris, chercheur en Histoire, ma passion de toujours, et célibataire à contre-coeur.

 

(ENS Ulm → École Normale Supérieur rue d'Ulm à Paris ndlr)

 

wahou! Chercheur en Histoire? Quelle est ta période de prédilection?

 

La deuxième guerre mondiale, comme tout le monde! Mais ma curiosité s'étend aux autres époques, dans mes loisirs...

 

Zut moi qui pensait que l'Antiquité faisait l'unanimité... Quoique c'est un domaine tellement riche qu'il y a de quoi satisfaire tout le monde si tant est qu'on s'y intéresse. La deuxième guerre mondiale est quand même une période sombre, qu'est ce qui motive ton intérêt?

 

Pas d'inquiétude, j'aime bien aussi les Grecs et les Romains, et j'ai suivi des cours sur la Mésopotamie jadis, etc. Mais je n'ai jamais envisagé d'être archéologue ou de déchiffrer des inscriptions antiques... Pas assez bon en latin pour ça non plus...

 

L'intérêt pour la Seconde Guerre Mondiale? L'ampleur incroyable du conflit, où on s'est battu partout, jusque sous les mers ou sur les plus petits atolls du Pacifique. L'enjeu moral immense, le désir et le devoir moral de savoir - je me sens parfois responsable de connaître le moindre lieu de massacre ou la moindre souffrance, comme si j'étais le seul à pouvoir faire exister encore, en pensant à eux, de nombreuses victimes oubliés.

La profonde admiration pour la Résistance, comme si on n'avait jamais rien inventé de plus beau de notre histoire.

La nécessité de faire connaître à chacun, partout, la Shoah (sans oublier d'ailleurs les autres crimes de masse nazis et japonais, de nature différente mais horrible).

 

Comme un missionnaire ne peut avoir de repos tant qu'il n'a pas annoncé partout la Bonne Nouvelle qu'il a eu la joie d'entendre, je me sens quelque part porteur de la Mauvaise Nouvelle, qu'il faut faire connaître partout. Mais tout cela sont des réflexions que je ne me faisais pas forcément à l'âge de dix ans quand la Résistance et la guerre ont été à l'origine de mon amour pour l'Histoire. C'était tellement évident que c'était passionnant en soi que je ne me suis pas plus interrogé qu'un amoureux ne s'interroge rationnellement sur les raisons du coup de foudre pour la femme de sa vie. D'une certaine façon (et sans aimer la guerre !) je suis marié à l'histoire... Clio est la seule compagne qui ne m'ait jamais trahi ni refusé ni fait souffrir !

 

Je comprends tout à fait.

En parlant de Shoah, on dit que le mot est interdit d'usage dans les livres d'histoire …

 

Ce qui est faux ! J'ai lu un article de Lanzmann, dans Le Monde, qui s'inquiétait d'une circulaire recommandant d'utiliser d'autres mots (il n'est pas question de ne plus enseigner la chose, qui reste centrale), mais un ami m'a démontré que son information était fausse...

 

Toujours concernant cette période, certains ne peuvent s'empêcher de faire un parallèle entre les dérives sécuritaires du gouvernement actuel et la France de Vichy. Cette comparaison est justifiée ou exagérée selon toi?

 

Par définition, comparé à la Shoah, tout doit être relativisé ou minimisé : même le Rwanda ou le Cambodge n'atteignent pas la spécificité unique de ce génocide industriel et bureaucratique ! Mais s'il faut attendre que tout soit aussi grave que sous Vichy pour s'"indigner de choses scandaleuses, alors ça ne sert à rien de répéter partout qu'il faut "être vigilent" "pour éviter que ça ne se reproduise" : par définition, ce genre de phénomène est trop unique et sa répétition telle quelle est improbable, surtout dans le contexte européen actuel ! Donc si on veut que la mémoire serve quand même à quelque chose, oui c'est légitime de faire des rapprochements, de souligner que certaines choses rappellent des événements sinistres. L'amalgame est illégitime, pas la comparaison ou la réminiscence... D'ailleurs, en 1942, personne ne protestait contre les envois de Juifs à la chambre à gaz, puisque sauf exception on ignorait leur existence : Justes des Nations, résistants, hommes d’Église protestaient contre cette façon de traiter des êtres humaines, contre la brutalité des arrestations et de l'internement... puis de "l'éloignement" du territoire... Par ailleurs, en écoutant parfois ceux de ses conseillers qui lui disaient que la France ne devaient pas se repentir de quoi que ce soit et que c'était un beau pays qui n'avait rien à se reprocher, Sarkozy a quand même risqué d'effacer les conséquences de la reconnaissance de la responsabilité de l’État français, par Chirac, en 1995...

 

Ce sujet est tellement vaste et intéressant que nous pourrions en discuter des heures. J'aimerais quand même revenir sur cette comparaison, sur le "plus jamais ça". Certes, une horreur telle que la Shoah est impensable aujourd'hui, pourtant d'autre éléments ont été mis en avant dans la presse, notamment par Alain Duhammel dans une de ces chroniques pour le Point, concernant la percée inquiétante de la droite populaire en Europe, ce qui fait écho à la montée du fascisme qu'a connue le vieux continent à la veille du conflit. Tu évoque le devoir de mémoire, pense tu que l'Europe et en particulier la France n'a pas de mémoire? (Les français ne sont pas réputé pour connaître leur histoire...)

 

C'est très exagéré : au contraire, c'est un des pays où l'Histoire est une vraie passion nationale : Michelet, Lavisse "l'instituteur national", les innombrables émissions historiques aux présentateurs plus ou moins de qualité (Alain Decaux n'est pas Marc Ferro qui heureusement pour lui n'est pas Stéphane Bern), la revue L’Histoire et bien d'autres en kiosque, les docu-fictions historiques à la télé... Et je me rappelle comment avec mes amis de lycée nous débattions de Vichy ou du communisme dans la queue de la cantine ! Et il en faut peu parfois pour qu'au cours d'une conversation, on en vienne à parler de Napoléon ou de Pétain...

Par contre, bien sûr, la connaissance n'est pas toujours bien digérée ni approfondie. Tous ne font pas le tri et retiennent vaguement ce qu'ils entendent ça et là, sans plus. Beaucoup d'idées reçues ou schématiques circulent, et j'entends couramment autour de moi des approximations ou des reprises de trucs un peu éculés : "Les soldats de 14-18, on les saoulait avant qu'ils montent à l'assaut", "les Français étaient tous pour Pétain en 40 et pour de Gaulle en 44", "La Révolution a fait un génocide en Vendée", "les communistes, en 40, ils se sont adressés aux Allemands pour faire reparaître l'Humanité", "Hitler avait un grand-père juif et a été élu démocratiquement", et je ne cite que les plus récents que j'aie entendus ! 

Notre travail est donc de rectifier et d'approfondir, au-delà des clichés et des approximations. Nos propres connaissances, nous les remettons en cause ou les approfondissons tout le temps. Évidemment, tout le monde ne prend pas plaisir à se faire reprendre et à voir ses clichés remis en cause. Parfois, je me heurte à des personnes têtues, qui supportent mal et adoptent une attitude de fermeture : "tu crois avoir la vérité absolue", "j'ai le droit d'avoir mon opinion", "les historiens de toute façon ne sont pas objectifs et l'historie est écrite par les vainqueurs", "si c'est vrai puisque je l'ai lu"... Alors que je leur parle de faits avérés et de conclusions largement reconnues par la communauté des historiens les plus éprouvés. Mais quand on ne veut pas savoir...

 

Effectivement il y a toujours, sur chaque sujet, des "irréductibles". J'ai eu récemment affaire à un de ces énergumènes concernant l'allaitement : un de ceux qui, comme tu les définis très bien, confondent une opinion et un fait avéré. J'ai cru comprendre que tu donnais des cours également, quel accueil les jeunes font il a ta matière?

J'ai surtout eu affaire à des étudiants, qui souvent ne disaient rien de précis : ils notaient en silence, participaient peu... Mais je savais par d'autres sources qu'ils étaient contents. Et puis, je mets de la vie et de l'humour dans mes récits !

Au collège et au lycée, c'est différent. ça dépend vraiment des individus. Dans l'ensemble, je n'ai pas senti toutefois un rejet de la matière, même si des chapitres étaient plus demandés que d'autres (la Grèce, Rome ou la dernière guerre fascinent plus que d'autres périodes !). Je n'aime pas beaucoup les programmes actuels du secondaire et malgré certains progrès, ils sont inférieurs par d'autres côtés à ceux que j'avais jadis... Mais bon, si on m'écoutait, il y aurait 30 heures d'histoire par semaine 

 

Concernant l'enseignement de l'Histoire dans le secondaire, on parlais a un moment de mettre la matière en option. Info ou Intox?

 

Info : elle est passée en optionnel en Terminale Scientifique, mais le programme de Terminale et de Première se traitent désormais en une seule année, en Première, avec épreuve d'Histoire-Géo anticipée à la fin de l'année, comme pour le Français. Une folie à mon sens...Je vois mal comment traiter le monde de 1945 à nos jours en un an, alors 1914-1991 en un an... sauf à ce que ça devienne du gruyère !

 

Non sens effectivement. J'ai l'impression, que le productivisme est à l'honneur, même dans l'éducation national. A croire qu'il y a des matières importantes et d'autres non. Cela dit, plus on avance dans le temps, plus l'Histoire devient longue, pour autant n'y aura t'il pas des répercussions sur la population à force de trop vouloir taillader ainsi l'enseignement?

 

J'en ai peur. Mais qui vivra verra...

 

J'ai lu récemment un témoignage d'une instit' qui disait qu'au début de sa carrière elle voyait le métier comme un sacerdoce, maintenant elle évite de trop s'investir pour ne pas faire de dépression... L'enseignement est une vocation selon toi?

 

Oui, je l'ai toujours vécu comme cela, de même que la recherche. Au sens fort du mot. Mais je n'ai pas tellement aimé mon passage au collège (davantage celui en lycée) car j'ai du mal avec un niveau où la gestion de classe, l'autorité, la pédagogie (la façon de transmettre) a plus d'importance que le contenu de ce qu'on transmet (à mon sens primordial) et où il y a quand même un certain encadrement qui fait souffrir d'un relatif manque de liberté (programmes assez précis, examens à préparer, inspections à redouter...). Je me sens plus à l'aise et plus libre dans le supérieur. J'aurais peut-être réagi comme cette institutrice si j'étais resté davantage dans le secondaire.

 

Comment prépare tu ta rentrée?

 

A ma table, en lisant et en relisant, et en échafaudant mon plan au fur et à mesure... Mais puisque je reviens dans le supérieur, je suis moins tenu à lire des programmes officiels ou moins hanté par l'idée que ça ne correspondrait pas aux instructions, aux sujets du bac, etc. Je suis davantage libre.

 

Donc pas trop angoissé?!

 

Non

 

Le terme sacerdoce fait écho à un événement de cet été, les JMJ. Tu y a participé? Comment ça s'est passé?

 

Bien. c'était ma 1ere participation, il était temps. C'est extraordinaire cette foule, cette fête immense. C'était bien de faire ça dans un beau pays, avec des co pèlerins d'une très grande douceur, des religieux accompagnateurs intelligents, cultivés et fins... Et puis voir le pape reste un événement. Sans être d'accord sur tout avec la parole officielle , c'est un moment de fête qui fait oublier les soucis et redonne envie de vivre mieux sa foi et sa vie au quotidien...

 

Qu'est ce que les JMJ? En quoi est ce un événement important dans la vie d'un jeune catholique?

 

Ce sont les Journées Mondiales de la Jeunesse, créées par Jean-Paul II en 1984, ouvertes aux adolescents et aux jeunes adultes jusqu'à l'âge de 35 ans. Elles se tiennent tous les deux ou trois ans dans une ville différente, en général en changeant de continent, un peu comme les Jeux Olympiques.

 

Leur importance vient de la présence du Pape en personne, de ce qu'il s'agit des plus grands rassemblements catholiques imaginables (et de quelques uns des plus grands rassemblements jamais observés dans l'Histoire), de ce que tous les pays du monde y sont représentés.

 

C'est en voyant ces centaines de drapeaux qu'on comprend ce qu'est l'universalisme de la foi et de l’Église catholiques... sans vouloir offenser les autres Églises chrétiennes, il est évident que ce serait impossible à organiser par les innombrables groupes protestants assez divisés, ou par l’Église anglicane étroitement confinée au monde anglo-saxon, ou par les patriarcats orthodoxes autocéphales et assez nationalistes. 

On peut y partager sa foi avec quantité de jeunes de son âge, sans avoir peur ou honte de dire qu'on est croyant. On peut y recevoir des enseignements de qualité , il y a des centaines d'évêques et d'aumôniers présents, on y rencontre des témoins de la foi, des spectacles et des manifestations diverses sont organisés.

C'est surtout une immense fête : il fallait voir les groupes crier, chanter, danser à Madrid... Certains parlaient d'un "Woodstock catholique", et au fond, l'expression n'était pas si mal trouvée ! D'autres parlaient d'une "Catho Pride", ce qui n'était pas inapproprié non plus !

Bien sûr, tout le monde ne va pas aux JMJ, et ça n'a d'ailleurs aucun caractère obligatoire, ce n'est pas le pèlerinage de La Mecque ! J'ai laissé passer plusieurs fois l'occasion d'y aller, pour des raisons diverses et variées, mais cette fois, je ne l'ai pas manquée... et je suis partant pour renouveler l'expérience à Rio en 2013 !

 

Où te situes tu concernant la foi?

 

Question fort personnelle... Je ne l'ai jamais perdue. J'essaie de l'approfondir, mais c'est long et lent, de longue haleine, jamais terminé. Les questionnements sont permanents. Mais le plus dur, c'est de vivre les commandements de la foi dans la vie de tous les jours, et je ne crois pas être très exemplaire en la matière... J'envie la véritable sainteté que dégagent nombre de mes amis très croyants. Je n'aime pas bcp leurs prises de positions souvent trop conservatrices, mais j'aime leur sourire, leur patience, leur ferveur, en un mot leur témoignage. Je ne sais si je suis bon témoin moi-même, mais il y a des modèles.

Je comprends sinon que certains n'aient pas la foi, mais je n'aime pas quand ça tourne à la fermeture d'esprit et à l'hostilité, ou à la moquerie. Je préfère les non-croyants qui sont respectueux et ouverts à la foi des autres...

 

Fais tu allusion aux manifestants anti JMJ et aux pro laïque?

 

Non. Je pensais plutôt à mes rencontres, et même à des membres de ma famille. La manif en question, je suis passé en plein dedans un soir avec un frère en habit monastique, et ils ne nous ont pas jeté un regard noir, pas dit un mot. Ce n'est que le lendemain que j'ai appris que quelques heures après, sur une place voisine, il y avait eu des incidents. Je regrette que la police ait été violente. Je comprends en partie certaines revendications (comme celle en faveur du maintien du mariage gay, celle en faveur de la laïcité, ou que le coût des JMJ ait pu irriter). Mais parler de Benoît XVI comme d'un "nazi" ou du Vatican comme d'un "Guantanamo mental", et toujours ressortir les affaires de pédophilie comme si toute l'Eglise contemporaine se réduisait à cela (alors que Benoît XVI a multiplié les mesures et les repentances à ce sujet...), ça me paraît à la fois excessif, injuste, peu respectueux, bref très triste comme attitude... De même, ne retenir que ces incidents des JMJ serait disproportionné, ça reste un épiphénomène... De même, que des amis ayant suivi les JMJ à la télé n'en ait retenu que les plaintes de certains Madrilènes qui nous reprochaient d'avoir un passe gratuit alors que le ticket de métro venait de leur être augmenté, ça me paraît passer à côté de l'essentiel de l'événement ! Nous étions 2 millions, et eux qq milliers. Qu'on parle d'eux est normal, mais pas besoin d'oublier les deux millions en question !

 

Pendant le mois du Ramadan certains ont reprocher à la presse de "trop" parler de l'Islam et de cet événement important dans la vie des musulmans. Penses tu qu'on aurait du plus parler des Catholiques lors des JMJ, de la foi etc?

Il peut être normal qu'on parle beaucoup de l'islam au sens où c'est une religion d'implantation récente, donc qu'il faut faire connaître et comprendre aux gens, au sens aussi où cela aide à lutter contre l'islamophobie et à accélérer l'intégration des musulmans en France. 

On pourrait toutefois parler plus souvent du christianisme, car la méconnaissance de beaucoup est considérable. Je n'étais pas en France pour juger de la couverture médiatique des JMJ. Je sais juste que beaucoup de mes amis et parents ont d'abord retenu la manifestation laïque ou les protestations contre la gratuité du métro pour les pèlerins : ça m'a un peu peiné, car sans vouloir censurer ces sujets ni discuter de la légitimité des positions, ce n'est quand même pas l'essentiel à retenir du rassemblement de 2 millions de personnes, le plus vaste de l'histoire de l'Espagne catholique ! 

D'autre part, le jour de notre retour à Paris, j'ai acheté la presse : mes camarades pèlerins, certes de droite donc ne partageant guère ma sympathie pour Libération, ont été outré que celui-ci ne consacre pas un article à la clôture des JMJ, au contraire des autres journaux. Il n'y avait qu'une photo à la légende satirique à propos de religieux et religieuses défilant pour recevoir la communion des mains du pape... Un peu gêné car j'aime bien Libé, je devais admettre que le journal avait quand même eu tort, et aurait du au moins publier un article complet, même critique. 


Le Catholicisme est une religion très controversé, notamment comme tu le dis toi même, en raison des positions du Pape sur certains sujets de société. Selon toi, quelle est la meilleur position à adopter pour un catholique du XXIème siècle? Entre laïcité et foi comment trouver le juste milieu?

Pas simple pour moi qui suis d'un milieu laïc et partagé entre les deux "camps" ! 

Je ne suis pas hostile au mariage gay, ni au droit à l'IVG, même si je préfère qu'il soit utilisé le moins souvent possible (dans un monde parfait, l'IVG serait légal partout, mais personne n'aurait jamais besoin d'y recourir...). 

Pour le divorce, je n'imagine évidemment pas l’Église l'autoriser, mais je préfère les postures de compassion vis-à-vis de ceux et celles qui souffrent du divorce, plutôt que de condamnation (heureusement, chez beaucoup de prêtres, religieux et religieuses, j'ai d'abord trouvé cette compassion, sans un mot de critique des personnes...). Je ne suis pas sûr qu'interdire de communion les divorcés-remariés soit vraiment indispensable... mais je ne suis pas théologien ! 

Au fond, j'aime assez bien la posture de l’Église anglicane, qui n'hésite pas à ordonner des femmes ou des homosexuels, et même à prononcer une bénédiction lors du mariage de deux prêtres homosexuels... ça me paraît une avancée vers la tolérance et l"égalité... J'aimerais bien qu'il y ait plus de catholiques pratiquants à approuver ce genre d'évolutions, mais ce n'est pas demain la veille... 

Concernant ta foi, tu me parles de modèles. Religieux ou laïcs qui sont ces personnes qui t'inspirent?

Il y a des personnes que j'ai rencontrées au cours de ma vie, dont certaines ont eu la vocation religieuse, et qui m'impressionnent beaucoup par leur douceur, leur ferveur, leur charité, en un mot une authentique sainteté... 

Par ailleurs bien sûr, comme historien, je ne manque pas de personnages vivants ou défunts, dont je juge que l'existence, le discours et l’œuvre nous empêchent de désespérer complètement. Mais ce serait trop long et trop compliqué de citer des noms et de justifier chaque fois pourquoi ceux-là.

Pour finir notre entretien, as tu quelque chose à déclarer? Un petit mots pour les lecteurs ?

rien de particulier à déclarer pour ma défense : ce sont des confidences faîtes en toute franchise, parce que je n'ai rien à cacher, mais sans volonté non plus d'indiscrétion ! Merci donc d'avance de ne pas les répéter partout !

 

 

Merci d'avoir bien voulu répondre à mes questions !

 

Merci de cette belle expérience ! A très bientôt !

 

 

 

Repost 0
Published by la bulle de Mimine - dans L'interview de la semaine
commenter cet article
19 août 2011 5 19 /08 /août /2011 23:10

C'est Michel, ou de son nom de Dharma: Tâm Chân Hanh, qui m'a fait l'honneur d'accepter de se prêter au jeu pour ma première interview. Animé d'un désir de changement pour rendre notre société meilleur et plus humaine, il a choisi la voie de l'engagement politique pour y apporter sa pierre. Sa force, Michel la puise dans sa recherche spirituelle, et c'est avec le Bouddhisme qu'il a décidé de prendre le chemin de la paix intérieur. Par soucis de cohérence, certainement, car ce bouddhiste engagé le confesse : il n'a pas toujours été ce qu'il est aujourd'hui. Son vécu et les leçons qu'il en a tiré l'ont amené à s'investir et à changer de vie, pour -au moins tenter- de changer le monde. 

Bloggeur à ses heures, il consigne notes et réflexions dans un blog à mis chemin entre journal intime et feuille de route.

 

 

 

"Bonjour Michel, peux tu te présenter en quelques mots?

 

Je suis d'abord un militant syndical associatif et politique. Je ne l'ai pas toujours été, il y a plus de 10 ans j’étais encore bien à fond pour cette société là... et essayais d'en profiter. Le déclic remonte à la création d'Attac fin des années 90...J'ai commencé à m'engager à ce moment là du coté de l'extreme gauche ...(lutte ouvrière)contre l’Europe de Maastricht que j'ai considéré comme responsable de tous les maux d'alors et qui m'avait bien bernée (j'avais voté oui...)

 Mais très vite j'ai cherché une base spirituelle à mon engagement car je voyais bien que c’était l'Homme lui même était la cause des souffrances de toute l'humanité. Je l'ai cherchée de tous cotés , bouddhisme mais aussi hindouisme, christianisme, New Age ( théosophie) …

 

Donc si je comprends bien ton engagement politique et ta vocation spirituelle trouvent leur source dans ton vécu. Et qu'est ce qui t'as fait "choisir" le bouddhisme?

 

En 2003 après mon divorce et ma rencontre avec Lise, j'ai renoué avec mes parents qui l'étaient et j'ai commencé à m'y intéresser. Mais c'est en janvier 2006 quand chez eux je suis tombé sur un livre de Thich Nhat hanh "CHANGER L'AVENIR POUR UNE VIE HARMONIEUSE", que j'ai eu comme un déclic. Je l'explique dans un article sur mon blog.

 Dans ce livre il y a une présentation des 5 entraînements à la pleine conscience, et leur lien avec les problèmes du monde actuel ...

 Mais il me faut ajouter qu'entre temps que j'avais ( nous avions) également cheminé d'Arlette Laguiller à José Bové , puis Pierre Rabhi et la non violence avec le festival Camino de Toulouse...

 

Dans l'article où tu reviens sur le chemin qui t'a mené vers ce que tu es aujourd'hui, tu parles de "Méditer pour mieux agir", cet article fait d'ailleurs un magnifique écho à la citation qu'on attribue à Gandhi, un référence en matière de non violence, "Sois le changement que tu veux pour le monde". Tu parles aussi de partage, d'où ton militantisme pour le commerce équitable, je me trompe?

 

Non c'est cela : le commerce équitable est une forme d'engagement positif. C'est d’ailleurs plus du partage que du commerce.

Il ne faut pas seulement être contre...comme je l'ai trop connu

 

Il y a encore des gens qui sont contre le commerce équitable?

 

Pas contre...ça ne se dit pas, mais c'est le dernier de leurs soucis. Et les grandes surfaces qui s'y lancent, c'est plus pour attirer des clients que par éthique. 

 Quand je disais qu'il ne fallait pas "être contre" c'est dans tous nos engagement militants : contre les ogm, la mondialisation, les lois liberticides, les reformes gouvernementales etc

C'est ce que les 5 entraînements nous apprennent.


Il ne s'agit pas seulement d'être "contre le système" mais de proposer une alternative, sans pour autant imposer son choix de vie à ceux qui n'en veulent pas c'est ça?


C'est cela, mais de plus en plus je vois les limites de cette "philosophie" là... car si on "impose" pas des choix la planète sera bientôt plus vivable...

 

Nous sommes d'accord, il faut un changement de cap, et il y a beaucoup à faire. Pourtant nombreux sont ceux d'entre nous qui ne sont pas prêt aux changements, qui n'en saisissent pas l'urgence. D'autres se disent que ça ne sert à rien puisque de toutes façons nos dirigeants ne suivent pas... Qu'as tu envie de dire à ces gens là?

 

1ere pensée (non bouddhiste) : pauvres c....
Je suis au tout début du chemin ...Je dirais aussi qu'ils seront responsable de ce qui va arriver et d'autant plus qu'ils auront été prévenus. Un bouddhiste dit plutôt que c'est l'ignorance et l'avidité.

Une très belle vidéo que j'aime beaucoup est "j'accepte ". Un bouddhiste doit user de la parole juste ( 4eme entraînement à la pleine conscience) , pour moi je pense que ce texte en est, même si certains le trouvent agressif.


Justement en parlant d'agressivité, un bouddhiste ça s’énerve?


C'est la réflexion que je suis en train de mener (ou la méditation) éveiller les gens sans les agresser. En tant que bouddhiste, j'ai conscience que je m’énerve, je n'essaye pas de lutter contre, mais j'observe cette sensation... et je vais faire une marche méditative...


Une marche méditative? c'est à dire?


J'essaye de marcher lentement en harmonisant mes pas avec ma respiration , j'inspire je fais 4 pas, j'expire je fais 4 pas, en observant tout ce qui se passe en moi (ou autour de moi) ou un pas en 4 temps sur l'inspire et un autre pas en 4 temps sur l'expire...

 

D'accord (ça c'est un bon truc, moi qui suis très colérique). J'ai pu remarquer que le bouddhisme rythme ta vie (retraite, méditation..). Peux tu me donner ton avis, qu'est ce que le bouddhisme? une religion ou une philosophie?

 

Plutôt une philosophie de vie. C'est vrai qu'avec tous ces rituels, ces cérémonies, les temples, les statues ça peut passer pour une religion mais il y en a qui ont besoin de ça … En tout cas si c'est une religion c'est une religion athée sans dieu... (j'aime beaucoup cette expression)


Il n'y a pas longtemps tu es parti te retirer pour méditer, comment ça c'est passé ?


Tu parles de la retraite Vipassana ? de 15 jours ? Très bien , ce fut une très belle expérience que je raconte d'ailleurs sur mon blog. J'ai envie de recommencer, pour approfondir certaines expériences faites. Parfois j'ai carrément envie y rester !

La paix et la sérénité qu'il y a dans ces lieux contraste avec le retour dans "le monde". L'idéal serait de créer un tel environnement chez soi , des petites communautés d'une dizaine de personnes qui vivraient ensemble dans le partage et la méditation , non coupée du monde, mais où il ferait bon revenir après nos journées dans le monde...


Es tu allé à la rencontre du Dalaï Lama le week end dernier?


Oui nous y sommes allés ce fut un grand moment. Dimanche matin était le moment le plus fort pour moi. 8000 personnes en train de dire cette prière ensemble :

" Avec le souhait de libérer tous les êtres,
Je prendrai toujours refuge
En le Bouddha, le Dharma et le Sangha
Jusqu’à ce que j’atteigne l’Éveil parfait.
Inspiré par la compassion et la sagesse,
En présence des Bouddhas,
Je génère aujourd’hui l’esprit d’Éveil
Pour le bien de tous les êtres sensibles.
Tant que l’espace durera,
Et tant que les êtres sensibles demeureront,
Puissé-je moi aussi demeurer
Pour dissiper la misère du monde. »

Puis l'après midi des vœux pour le Tibet (faudrait que je les retrouve...)

 Le lundi avec Stéphane Hessel, à une question sur l'engagement politique qui en dégoutte plus d'un, sa Sainteté a répondu qu'il ne fallait pas se désengager mais s'engager : si on trouve que la politique est sale, il nous faut s'y engager pour la rendre propre!

 

Justement cette rencontre entre le Dalaï-lama et Stéphane Hessel, ils ne s'étaient jamais rencontrés avant je crois... Comment ça s'est passé?

 

Très chouette, ils se sont mutuellement rendu hommage cela allait de soi.  Stéphane Hessel a toujours eu de l'admiration pour le Dalai Lama et Sa Sainteté a rendu hommage au résistant..

10.000personnes debout pendant 20 mn en silence, puis des applaudissements à tout rompre : il y avait une force , une énergie incroyable dans la salle (et dehors aussi j’espère)

« S'indigner contre l'injustice c'est déjà de la compassion mais après l'indignation, il nous faut nous engager »

 

« Engagez vous » sera le prochain livre de Stéphane Hessel

 

Une dernière question : as tu des conseils à donner à ceux qui aimeraient prendre le même chemin?

 

Oui un conseil donné par Thich Nhat Hanh lui même: "Avant de comprendre la souffrance des autres il faut comprendre sa propre souffrance."

 

51021487dalai-lama-londres-jpg

Repost 0
Published by la bulle de Mimine - dans L'interview de la semaine
commenter cet article

Présentation

  • : la bulle de Mimine
  •  la bulle de Mimine
  • : A l'abris dans ma bulle, j'observe. De coups de gueule en coups de coeur, je vous en fait voir de toutes les couleurs... Une autre vision du monde? je vous propose la mienne :)
  • Contact

Ayez la bull'attitude!

facebook-256-256.jpg                        Suivez-moi sur Hellocoton   Image d’aperçu

Citation

"L'absurde naît de cette confrontation entre l'appel humain

et le silence déraisonnable du monde "

Albert Camus 

Ce qu'on dit de la Bulle ^^

Pincez-moi ! Est-ce un rêve ? Un songe ? Une hallucination ?

Mimine a réussi a réunir en un seul blog (La Bulle de Mimine )

tous les ingrédients nécessaires au plaisir de l internaute.

Où donc Mimine et son esprit brillant ont-ils

dégotté la formule magique du web ?

Hélàs, je l ignore. Mais une chose est sûre :

je retournerai souvent sur La Bulle de Mimine , du bonheur en pixels.

 

Signé : LisaBuzz